Garbage Collector, le bilan !

Garbage Collector était une bonne idée, reposant sur des valeurs civiques et environnementales, elle devait permettre d’éviter de gâcher des meubles, des vêtements, des livres et pas mal d’autres objets abandonnés sur les trottoirs des villes et qui finissent à la décharge.

J’ai basé cette application sur une expérience utilisateur rapide et fluide (15 secondes pour créer et déposer une annonce) ainsi que sur une interface connue car fournie par Google. La charte graphique a été créé par une infographiste en respectant les conseils fournis par Google (https://material.io/). Le vert a été choisi comme couleur principale pour son lien évident avec la nature et l’écologie.

L’expérience utilisateur devait être la spécificité numéro 1 de l’application. L’action de déposer un objet sur l’application, de créer une annonce devait être le plus simple et le plus rapide pour un utilisateur. Si le fait de déposer un objet prenait trop de temps (application longue à charger, remplir l’adresse à la main, donner une description de l’objet) les utilisateurs n’auraient pas joué le jeu. Il y a donc un minimum d’interaction pour cette action :

  •  lancer l’application
  •  choisir l’option de déposer un objet
  •  prendre une photo de l’objet
  • choisir une catégorie
  • valider et créer l’annonce

La recherche d’objets devait elle aussi être simple et efficace​, l’utilisateur devait pouvoir facilement et rapidement rechercher un objet pouvant l’intéresser. Les résultats pouvaient être trié par catégories (textile, livre, meuble, etc..) ainsi que par distance ou date de dépôt (du plus récent au plus ancien).
L’application, avec un faible nombre d’utilisateurs ne disposait pas de filtre. Une annonce était créé sans qu’il y ait de validation de la part d’un modérateur. Je disposais d’une version légèrement modifié pour en cas d’abus supprimer une annonce très rapidement, évitant toute dérive. Bien sur avec une forte communauté un système de modération aurait vu le jour. Avec script Php et le gestionnaire de tâches Cron j’ai pu facilement automatiser la suppression des annonces. Lorsqu’un objet avait été déposé depuis plus de 24 heures il était supprimé du flux d’annonce. Les utilisateurs pouvaient également supprimer un objet, à condition de se trouver à moins de 50 mètre de l’objet.

Je n’ai pas développé Garbage Collector dans une structure (entreprise ou association) et je n’ai pas généré de revenu avec, par contre j’ai toujours travaillé dessus comme si ça allait être le cas, j’ai donc fait un dépôt du logo et du nom de l’application auprès de l’INPI (https://www.inpi.fr/). J’ai également loué un serveur (sur lequel vous lisez ces lignes) afin de me faciliter le développement et de ne pas mettre ma machine personnel en ligne. L’application à eu une phase bêta, pour la tester et éliminer les premiers bugs auprès de mes proches, avant d’être déployé sur le Google Play.

J’ai toujours pensé international avec Garbage Collector, l’application était disponible en français et en anglais à sa sortie, l’espagnol n’ayant été ajouté que 2 semaines après son lancement. De plus l’application pouvait fonctionner n’importe où dans le monde. Au lancement il ne faut peut être pas viser l’international, mais il faut le prévoir durant le développement, vous économiserez du temps plus tard.

Garbage Collector a été développé en langage Java sur Android Studio 2.3, j’ai utilisé le canvas « Navigation Drawer Activity », fourni dans Android Studio 2.3, pour commencer le développement. L’application fonctionne avec une base de données MySQL, sur un serveur distant, au travers de scripts Php. Le Java effectue des requêtes POST aux différents scripts Php qui répondent en fournissant des données de types JSON. Le Java « parse » ces données afin de reconstituer des instances d’objet Java et de télécharger les images. Je ne connaissais Android que de manière scolaire et sur la version 2.3, j’ai donc appris au travers de site et de tutos le développement sur cette plateforme. J’ai travaillé de manière itérative, chaque Sprint durait une semaine durant laquelle je spécifiais mon besoin, prototypais un composant que j’intégrais au projet. Chaque semaine l’application grandissait : création du menu, localisation, initialisation du splashscreen etc…

A ce jour, le 01/07/2017, Garbage Collector a été téléchargé 176 fois, pour un nombre de 29 installation active et une note de 5 sur 5 pour 17 notes laissés.

Qu’aurait dû être le futur de Garbage Collector ?

Pour commencer une version en ligne, basé sur du html5 et du JavaScript cette application/site aurait été disponible pour tous les smartphones notamment les iPhones. Une version iPhone aurait dû voir le jour, j’avais commencé à travailler dessus, au travers d’un Mac et iPhone que l’on m’avait prêté et du langage swift, mais entre l’apprentissage du Swift et la communication pour faire connaître l’appli je me suis trop dispersé.

En terme de fonctionnalités j’avais prévu d’ajouter des notifications. L’utilisateur aurait pu choisir quand être prévenu. Par exemple lorsqu’un objet été déposé selon des paramètres enregistrés (distance, catégorie). Les utilisateurs demandaient également de pouvoir signaler un objet de manière manuel, en sélectionnant une photo et en renseignant une adresse, je ne voyais pas l’intérêt d’une telle demande mais il faut toujours écouter ses utilisateurs !

En terme de business model Garbage Collector aurait toujours été une application gratuite, difficile de faire payer des gens pour déposer des annonces d’objets abandonnés, mais un bandeau publicitaire aurait intégré l’application après une forte croissance du nombre d’utilisateur. Mais le plus intéressant serait venu du Big data. L’information, le croisement des données des objets abandonnés, de leurs catégories, leurs positions et leurs fréquences de signalement. Ces informations et statistiques auraient pu être vendue aux mairies ou des entreprises de traitement des déchets pour optimiser leurs trajets de ramassage.

Mes erreurs :

Garbage Collector a été une très bonne expérience personnelle même si elle n’a pas eu un gigantesque succès. Qu’aurais je dû faire pour transformer l’essai ? En premier lieu mettre mon application en bêta sur le Google Play, j’ai attendu la sortie de l’application pour me procurer un compte développeur. Cela m’aurait permis de corriger certaines erreurs et de sortir l’application avec une expérience utilisateur dispensée de bugs mineurs.

Garbage Collector est un nom très sympathique, il y a bien sûr un clin d’œil au monde du développement et il a toujours été bien accueilli par le grand public. Cependant sa faiblesse revient au monde du développement, je n’ai pas pu déposer le nom de domaine “garbagecollector.com” et je me suis entêté à vouloir un « .com », un « .org » aurait suffit. J’aurais dû lancer l’application via un site qui porte son nom et qui hébergeait (comme dit précédemment) une version Web du service.

Dans un second temps mieux gérer ma communication et mon marketing. Garbage Collector est une application de BtoB, et pour ce genre de marché la communication doit être énorme et très suivie, ce n’est pas un 100 mètres mais un marathon, il faut suivre sa communication sur la longueur. Comment Allopneus reste le premier prestataire du montage de pneus ? Leur budget com/marketing est énorme : pub radio/télé, bandeau dans les recherches Google, etc… Pour Garbage Collector j’ai créé un groupe Facebook, un compte twitter où je partageais les objets signalés, tous les jours. J’ai également acheté pendant un mois un espace publicitaire sur Facebook. Je me suis retrouvé à maintenir techniquement l’application et chargé de communication. J’aurais dû diviser le travail et confier la communication à un tiers.

J’ai également été trop passif sur la communication, mon poste facebook quotidien ne suffisait pas à convertir de nouveau utilisateurs, de plus j’ai délaissé le référencement naturel (SEO). Ce dernier point est une énorme erreurs vis à vis d’une application BtoB. J’aurais dû démarcher des associations comme Emmaüs ou le Secours Catholique ou le Truc de Marseille, bref cibler des utilisateurs utilisant la récupération et l’économie collaborative.

Si demain je devais refaire Garbage Collector ?

Je changerai de nom ou je m’arrangerai pour avoir un site avec l’adresse « www.garbagecollector.quelquechose », le .com n’étant pas disponible, ou même trouver un autre nom. Je commencerai par un site dédié, qui comme dit précédemment permettrai le fonctionnement sur n’importe quelle plateforme mobile équipée d’un navigateur web, en utilisant bootstrap et Angular, j’aurais eu rapidement un beau site, fonctionnel et responsible design.

J’aurais également développé des applications mobiles, mais pas en utilisant des technologies natives. En se tournant vers des framework comme Ionic ou Xamarin on peut développer des applications pour Android et iOS, un développement, deux plateformes ciblées.

Le marketing serait également bien différent, je soignerais mon référencement naturel et ajouterai une partie vitrine au site web tout en valorisant certains​ objets signalés.

Garbage Collector n’est pas pour moi un échec, le but principal de cette application était de m’initier au langage Android. De plus, au travers de son développement j’ai également pu écrire des scripts Php, concevoir une base de données MySql, découvrir le marketing digital et jeter un coup d’œil sur de nouvelles technologies : Ionic, Swift, Bootstrap, Angular. J’ai beaucoup appris et commis quelques erreurs, erreurs que je referai pas pour ma prochaine application.

Webographie du projet :

Mes concurrents :

Garbage Collector, le bilan !
Mot clé :